La construction d’une maison implique plusieurs étapes interdépendantes. Le chantier doit faire l’objet d’une préparation au préalable et touche un grand nombre d’artisans. Il faut en effet choisir le professionnel adéquat pour chaque type d’installation. Pour partir sur de bonnes bases et justement pour préparer la fondation de la construction, il faut faire appel à un bon terrassier. A côté du terrassement, il faut aussi penser à l’assainissement, aux travaux de charpente, à la maçonnerie.

Naturellement, avant même la mise en route du projet, vous avez certainement déjà réfléchi sur le type de maison que vous voulez construire. Et pour que tout se déroule bien, vous pouvez bien sûr bénéficier de nos conseils avant les travaux. Bref, cette page vous renseigne sur les étapes de la construction et les essentiels à savoir pour concrétiser votre rêve.

La construction d’une maison n’est pas aussi simple que l’on croit. Elle comporte plusieurs étapes qui sont bien ordonnées et que l’on doit suivre pour éviter les mauvaises surprises. Il s’agit, une fois le financement assuré, du choix du terrain, de l’élaboration du plan et de la réalisation du chantier par le professionnel de son choix.

Étapes de la construction d’une maison : le choix du terrain

À ce propos, deux options se présentent, soit un achat effectué avant la décision de construire la maison, soit l’idée de construire précède l’achat du terrain.

Pour la première option, on doit s’adapter et suivre les contraintes liées au site comme la structure du sol, l’orientation du terrain, etc. Dans la deuxième option, on peut faire un choix sur le site où l’on veut bâtir et qui s’avère être en adéquation avec le projet de construction. Le choix est fonction de plusieurs paramètres qui découlent des attentes du futur habitant dont entre autres, la localité où on va effectuer la construction, la proximité des divers services (écoles, commerces, transport) ainsi que le prix éventuel de l’immeuble lors de la revente, car quoi qu’il en soit, une maison constitue toujours un investissement.

Tout cela permet de circonscrire une zone de recherche. De plus, on peut opter pour une parcelle dans un lotissement ou un terrain en diffuse. Les moyens financiers mobilisables font aussi partie des paramètres déterminants.

Pour effectuer le choix du site, on peut consulter les offres proposées par les mairies, les notaires, les agences immobilières, ou encore sur le site web, dans la zone de recherche.

Étapes de la construction d’une maison : l’élaboration du plan

Avec ou sans un document attestant la propriété du terrain, on peut procéder à l’élaboration d’un plan pour la future construction. Pour cela, on peut soit s’adresser à des constructeurs de maisons individuelles, soit recourir au service d’un architecte si les moyens financiers disponibles le permettent ou si la surface habitable de la maison dépasse les 170 m2 selon la loi soit pratiquer l’auto-construction avec un plan élaboré par soi-même.

En général avec les constructeurs de maisons individuelles, des catalogues de modèles de maisons fonctionnelles prédéfinis sont disponibles et on peut les consulter pour arrêter son choix. Un handicap majeur se présente cependant : ces maisons ne sont pas personnalisables et peuvent ne pas correspondre à toutes les envies de l’acquéreur.

Quant à l’architecte, on lui donne les désirs, les impératifs et les caractéristiques du site et il conçoit un ou des plans de maisons et le(s) propose au client pour des discussions sur d’éventuelles rectifications afin d’aboutir à une décision finale.

Pour la troisième option, on peut dessiner soi-même le plan de la maison, mais on doit le présenter à un professionnel du secteur pour s’assurer de sa viabilité et des implications de sa mise en œuvre. On obtient à la fin une maison très personnalisée.

Actuellement, grâce à des outils informatiques d’architecture 3D, on peut visualiser la future maison.

Étapes de la construction d’une maison : les démarches administratives

La construction d’une maison ne peut se faire que si le terrain se situe dans une zone constructible. Il faut donc en premier lieu s’assurer que le terrain choisi remplit bien cette condition en s’informant auprès de la mairie et en même temps, se renseigner sur les règles d’urbanisme appliquées dans la commune ainsi que la vérification si la parcelle n’est pas assujettie à une servitude d’utilité publique.

En second lieu, il est conseillé de faire appel à la compétence d’un géotechnicien pour établir l’étude du sous-sol du terrain afin de connaître si ce dernier est compatible avec le projet de construction envisagé ou que celle-ci demande au préalable des travaux complémentaires. Ce qui induit des coûts supplémentaires au projet.

Ensuite, il faut demander à la mairie un permis de construire. La liste des pièces relatives à cette demande est consultable à la mairie. On peut effectuer la démarche soi-même sinon par l’intermédiaire d’un constructeur ou d’un architecte. Sans ce document, il ne faut jamais se lancer dans les travaux, car la pénalisation sera très chère.

Étapes de la construction d’une maison : le financement

Le financement d’une construction peut se faire sur fonds propres du propriétaire ou grâce à un prêt auprès d’une banque. Néanmoins, il faut se rappeler que d’autres travaux annexes, principalement ceux de la viabilisation sont à effectuer si le terrain se trouve en secteurs diffus, ou est un terrain isolé. Leur coût augmente encore le prix de la construction. Ce qui n’est pas le cas si le terrain se trouve en lotissement. En résumé, le coût du projet à ce stade va inclure le coût du terrain, celui des travaux de technicien (plans, études géotechniques), des droits et taxes diverses à la mairie ainsi que des travaux de viabilisation, le cas échéant.

Étapes de la construction d’une maison : le choix du constructeur

Après l’obtention du permis de construire, deux options se présentent pour effectuer les travaux de construction proprement dits, l’autoconstruction ou le recours aux services d’un professionnel en qualité de maître d’œuvre.

Pour la première option, c’est le propriétaire en personne qui coordonne toutes les activités liées à la construction, à savoir le recrutement des intervenants, l’achat des matériaux, la supervision des travaux, etc.

La deuxième option est la plus utilisée par les Français. C’est le professionnel qui s’occupe de tous les travaux de construction. À cet effet, même si la méthode usuelle de la « bouche à oreilles » est encore fréquente, mieux vaut s’adresser à un constructeur membre du syndicat des professionnels du domaine. Parmi ces derniers, l’Union des Maisons Françaises (UMF) dont les travaux sont régis par un contrat de construction (CCMI). Cette démarche vous évite d’éventuelles déconvenues relatives à des travaux de moindre qualité.

Il est aussi intéressant de consulter la page web dédiée à cet effet dont celui de l’AAMOI(Association d’Aide aux Maîtres de l’Ouvrage Individuel) qui dispense des conseils pour les particuliers voulant bâtir leurs maisons.

Après avoir sélectionné plusieurs entrepreneurs, il faut comparer leurs devis respectifs avant d’arrêter définitivement le choix.

L’établissement du contrat de construction

L’établissement d’un contrat de construction de maison individuelle (CCMI) est essentiel pour tout particulier souhaitant construire une maison. Il donne une garantie sur des points essentiels, dont le délai de livraison, les modalités de paiement, la somme relative aux pénalités encourues s’il y a retard, le coût final de la construction…

Voici quelques informations utiles à ce sujet, dont :

  • Un délai de sept jours donné à titre de réflexion au particulier à compter de la date de réception d’une lettre recommandée avec accusé de réception, du contrat de réservation. La signature du contrat authentique se fait chez le notaire à la fin de cette échéance.
  • Une somme allant de 2 % à 5 % du coût total à verser lors de la signature du contrat pour être bloquée sur le compte destiné à cet effet.
  • Une retenue de garantie de 5 % du prix en cas de réserves à la réception des travaux et cela, jusqu’aux levées de celles-ci.
  • Un montant des pénalités par jour de retard ne pouvant pas être inférieur à 1/3 000ème du prix total.

Le suivi du chantier

Nous recommandons une visite régulière du chantier afin de constater le respect du planning. Éventuellement, pour prendre des photos dans le but de constater l’évolution du projet. Dans le cas où l’on s’est adressé au constructeur pour maison individuelle, théoriquement, la visite du chantier ne peut se faire que lors d’un appel de fonds.

Les travaux du chantier de construction

 Succinctement, ces travaux sont repartis dans plusieurs catégories dont :

  • La viabilisation qui comprend le terrassement et le raccordement aux réseaux publics entre autres l’assainissement.
  • Les fondations qui constituent le socle de l’habitation.
  • L’élévation des murs à commencer par le soubassement (hérissonnage ou sous-sol), le vide sanitaire et les éléments porteurs ainsi que les murs proprement dits.
  • La charpente qui forme l’ossature de la toiture. Elle peut être de deux sortes, celle dite traditionnelle permettant l’aménagement des combles et celle dite industrielle, plus économique.
  • La couverture qui concerne la mise en place des éléments de la toiture et de ses annexes.

Dans le cas de l’autoconstruction, nous recommandons de recourir aux services des professionnels du secteur pour chaque catégorie de travaux.

La réception des travaux

Lors de cette étape, il faut vérifier la conformité aux caractéristiques décrites dans le contrat. Au constat d’éventuelles imperfections, il est possible d’émettre des réserves pendant une durée de huit jours. Le constructeur a l’obligation de les résoudre. Le propriétaire peut se faire aider par un expert pour la traque des imperfections.

La date de remise des clés marque le début des délais des garanties prévues dans le contrat CCMI.

Étapes d’une construction d’une maison : quelles obligations pour le propriétaire ?

En principe, le contrat de construction de maisons individuelles prévoit des garanties essentielles.

L’assurance d’une maison commence dès l’entame de sa construction par la souscription obligatoire à une assurance « Dommage » qui assure une couverture pendant toute la durée des travaux. Elle intervient aussi pendant une durée de dix ans (garantie décennale) pour la couverture de la solidité du bâtiment et de sa structure.

On peut aussi souscrire à une assurance de « Parfait achèvement » qui va contraindre le constructeur à remédier aux différentes malfaçons pouvant survenir pendant l’année qui suit la réception des travaux sans tenir compte ni de leur nature ni de leur importance.

Il y a aussi l’assurance de « Bon fonctionnement », garantie biennale, qui exige au constructeur de remplacer tout dispositif défectueux durant les deux années suivant la réception des travaux.

L’autre alternative

Bien entendu, si vous souhaitez gagner du temps et vous passer des contraintes de la construction, un contrat de construction clé en main est aussi une bonne alternative.
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les derniers articles

Fermer le menu