Isolation thermique et phonique d’une habitation

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

Quand l’isolation thermique et phonique de l’habitation est correctement réalisée permet, son propriétaire gagne en énergie, en argent puisqu’il économise dans la consommation en énergie. Mais ce n’est pas tout. L’isolation thermique et phonique est surtout un gage de confort agréable en été qu’en hiver. Pour les pays du monde entier, dont la France, la recherche des moyens et des solutions permettant de réduire encore et toujours l’émission du gaz à effet de serre, reste au centre de leur préoccupation.

Le gaz à effet de serre représente toujours un grand danger pour l’humanité, étant la cause de la dégradation de l’environnement et du réchauffement de la planète. Étant donné que le parc immobilier constitue un des plus grands émetteurs de ce gaz, la construction des maisons économes en énergie par le biais d’une bonne isolation thermique fait partie d’une des grandes lignes orientant la politique des responsables successifs, français. L’amélioration de l’isolation thermique des maisons anciennes fait l’objet de mesures réglementaires (les Réglementations Thermiques successives définissant le niveau de performance à atteindre), mais aussi encouragées par des aides fiscales, des primes et subventions de toutes sortes. Pour chaque ménage, une habitation dotée d’une isolation thermique de qualité est le gage de l’amélioration de ses finances et de son confort intérieur.

Or, en termes de confort, le bien-être thermique ne suffit pas, il doit également s’accompagner d’un confort acoustique. En effet, le bruit présent, en permanence dans la vie quotidienne peut dans certains cas devenir source de stress, de trouble de sommeil pour nuire à la longue, à la santé. Ainsi une nouvelle réglementation acoustique ou NRA, déterminant les performances acoustiques à respecter dans une habitation a été mise en place par l’Autorité Française. Elle fut modifiée en janvier 2000 pour s’adapter aux indices européens. Par ailleurs, un matériau isolant thermiquement l’est aussi phoniquement, dans la majorité des cas.

Isolation thermique et acoustique : l’isolation thermique

L’importance de l’isolation thermique

Même si les exigences des Réglementations Thermiques concernent également les constructions neuves, les aides s’adressent surtout aux  constructions anciennes, autrement dit aux travaux de rénovation pour une meilleure performance énergétique. Particulièrement avant les années 70, le concept d’isolation a été pris à la légère ou non considéré du tout. Or, pour un logement mal ou non isolé, 30 % de chaleur générée à l’intérieur se perd par les combles et les toitures, 25 % par les murs ou les ouvertures, 10 % par les sols et les planchers, etc.

Ce qui explique à quel point la consommation en énergie de chauffage en hiver, et en climatisation en été, soient considérables si on veut rendre la maison plus confortable. Et, ce qui va de soi, à quel point la facture en consommation d’énergie de toutes sortes (gaz, pétrole, gasoil, etc.), soit élevée et l’émission de CO2, importante.

Une habitation dotée d’une bonne isolation, premier facteur d’économie d’énergie, est le gage d’un intérieur confortable et sain été comme hiver ainsi que le respect de l’environnement. La réussite de l’isolation, passe par la qualité de sa mise en œuvre et celle des isolants.

Les matériaux isolants

Un matériau isolant est caractérisé par deux grandeurs :

  • Le coefficient de conductivité thermique (λ) dont la valeur, très petite, doit se trouver entre 0, 035 et 0,05. En d’autres termes, plus la valeur s’approche de la limite inférieure plus l’isolation est performante.
  • La résistance thermique (R) caractérise la capacité du matériau à s’opposer au passage de la chaleur. Plus la valeur de R est grande plus l’isolant est fiable.

Les matériaux isolants disponibles sur le marché sont déjà nombreux. Cependant, les fabricants ne cessent de proposer des matériaux encore plus performants et plus fonctionnels, car plus faciles à utiliser (par leur légèreté et leur faible épaisseur, par exemple). Mais certains ne sont pas encore à la portée de tout le monde par leur prix. Parmi les isolants les plus courants et qui ont déjà prouvé leur efficacité, on peut citer :

  • Les isolants minéraux comme la laine de verre ou la laine de roche. Ils sont choisis par de nombreux Français, car ils présentent un bon rapport qualité-prix.
  • Les isolants synthétiques comme les polystyrènes extrudés ou expansés, performants, mais qui peuvent présenter des risques pour la santé.
  • Les isolants écologiques dont certains comme le verre cellulaire, bien que très performants et hautement écologiques, restent inaccessibles par leurs prix. Il y a également l’ouate de cellulose, les laines de bois, de mouton, à prix élevé, mais plus abordables.
  • Les isolants dits « nouvelle génération » comme le béton cellulaire, la brique monomur, etc., et plus récemment l’aérogel, encore à prix élevé.

Que ce soit pour l’isolation thermique ou phonique, des labels et certifications permettent d’attester de la performance du matériau choisi.

La mise en œuvre de l’isolation

Pour les parois comme la toiture et les façades on peut réaliser l’isolation thermique par :

  • L’extérieur : une technique qui permet d’éliminer presque totalement, les ponts thermiques, mais qui coûte assez cher. En effet, pour les toitures, seuls des professionnels spécialisés sont aptes à garantir des résultats optimums. C’est le cas par exemple de la méthode de sarking. Pour les murs, le fait de le couvrir d’un manteau isolant nécessite un travail assez important qui revient logiquement assez cher. Dans tous les cas, l’isolation thermique par l’extérieur (ITE) permet d’améliorer l’aspect extérieur de l’existant et n’entame en rien l’espace habitable.
  • L’intérieur, permet d’arriver à un très bon résultat, coûte moins cher, mais s’avère moins durable du fait de l’utilisation des isolants d’épaisseur assez faible si on ne veut pas trop réduire l’espace habitable.

Pour les sols et les planchers, l’isolation se fait :

  • Par le bas du plancher posé directement sur le sol.
  • Entre les éléments de la structure pour un plancher à ossature.
  • Par le haut, si l’on envisage de refaire la finition du revêtement.

Pour les ouvertures, les matériaux de structure assurent aussi leur isolation thermique et acoustique. Il s’agit du bois, PVC, alu à rupture de pont thermique, matériau mixte, etc. D’autre prat, les vitrages (double ou triple) ont aussi un rôle à jouer. Le tout optimisé par la qualité de pose.

Isolation thermique et phonique : l’isolation acoustique

L’essentiel à savoir sur l’isolation acoustique

Un des éléments essentiels permettant d’améliorer la qualité de vie, l’isolation sonore, n’est pas à prendre à la légère. Elle vise à réduire l’impact des nuisances sonores sur chaque individu. On sait à quel point ces dernières sont néfastes sur la santé. Concernant les travailleurs, elles ont également une influence sur leur performance ou rendement  (leur capacité au travail). Une isolation thermique ou acoustique intervient en modifiant le rendu sonore de la pièce.

La technique d’isolation phonique utilise :

  • Le principe de loi de masse : plus une paroi est lourde, plus elle rend difficile le passage d’une vibration sonore.
  • Le principe de combinaison de plusieurs matériaux de telle sorte qu’après la traversée des différentes parois, le niveau de la vibration sonore se retrouve grandement atténué. C’est l’effet « masse ressort » utilisant une double paroi (masse) séparée par de l’air contenant de laine minérale (ressort) qui amortira la vibration qui sort de la paroi.

Le niveau sonore se mesure en décibel (dB).

On distingue l’isolation acoustique en neuf et l’isolation acoustique en rénovation.

L’isolation acoustique en neuf et en rénovation

La nouvelle réglementation acoustique (NRA) s’applique aux constructions neuves (permis déposés avant 1er janvier 1996). Cette même réglementation régit également les extensions des existants. Et cela que ça soit dans le cadre de logement individuel, individuel groupé ou collectif. Elle fixe les exigences à respecter selon les différents types ou l’origine de bruits :

  • aériens intérieurs : valeur requise=53 dB.
  • les bruits aériens extérieurs : valeur requise=58 dB.
  • et les bruits d’impact : valeur à ne pas dépasser=58 dB.

Par ailleurs :

  • Les bruits d’équipements intérieurs au logement ainsi que les bruits des équipements dans les pièces principales et les cuisines sont à limiter.
  • Des revêtements absorbants permettant d’atténuer le niveau sonore sont à prévoir dans les parties communes du logement collectif.

En revanche, il n’existe pas de Réglementation Acoustique précise pour la rénovation. Toutefois, devant l’importance de la réduction sonore pour une qualité de vie optimale, il est de bonne pratique de se rapprocher des exigences définies dans la NRA. Cette démarche permet d’optimiser les résultats si on se décide d’entreprendre des travaux d’isolation acoustique. Avant de commencer les travaux, il est nécessaire de faire établir un diagnostic du logement. Cela est en effet nécessaire pour déterminer les travaux à réaliser.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici

Laisser un commentaire