Remplacer soi-même les fenêtres de sa maison

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

Quand il y a urgence, impactant notre confort ou engendrant une surconsommation excessive d’énergie, on peut être amené à remplacer soi-même sa fenêtre. Or, les débutants en bricolage peuvent encore éprouver des difficultés dans cette besogne. Dans cet article, on vous aide à procéder à la dépose et la pose de la fenêtre tout en abordant le sujet du volet. Dans la même foulée, on vous informe sur les réglementations en vigueur concernant le sujet.

Au fil du temps, il arrive que des désagréments se produisent dans le logement que l’on occupe. Il peut s’agir entre autres de l’air qui entre par les fenêtres, un dysfonctionnement au niveau du système d’ouverture, ou de l’eau qui s’infiltre en plein hiver. L’intérieur est alors glacial même si le chauffage marche à fond. Et en été, la chaleur est accablante, même si on aère le logement toute la nuit et qu’on n’ouvre pas les fenêtres durant la journée. Des moisissures apparaissent, etc. Ces incidents sont des signes indiquant que les fenêtres ne disposent plus d’une parfaite étanchéité. Il est donc temps de les remplacer. Et quand il faut y aller, il faut y aller !

Remplacer une fenêtre soi-même : les démarches préliminaires

Tout d’abord, il faut se renseigner auprès de la mairie sur les dispositions existantes en matière d’urbanisme. Il existe en effet différentes contraintes pour chaque localité par exemple en termes de matériau ou de dimensions et style des carreaux des fenêtres, etc.

Il faut aussi se renseigner auprès du service des impôts pour savoir les dispositions figurant dans la loi de finances afin de connaître les déductions fiscales et les crédits d’impôt dont on peut bénéficier pour la pose de fenêtres produisant une réduction des dépenses énergétiques.

Remplacer une fenêtre soi-même : les préparations

Lors de la rénovation d’un ouvrage sur une maison, une règle implicite veut que l’on respecte l’apparence de la maison. Il faut donc que le nouvel ouvrage soit visuellement en harmonie avec l’ensemble et ne soit pas dépareillé du point de vue style. Partant de cela, avant d’entamer les travaux de remplacement proprement dit, la première opération à effectuer est la détermination de la (ou des) fenêtre (s) à remplacer. L’opération suivante se ramène à la prise des dimensions de chaque fenêtre à remplacer et à la sélection des matériaux à utiliser, dont le bois, le PVC ou l’alu. Chacun d’eux possède ses atouts et ses faiblesses.

Le bois

Le bois est un matériau écologique. On le qualifie de matière noble, vivante et le choix de l’utiliser correspond au respect de la tradition. Il se travaille facilement et permet d’obtenir des formes inhabituelles, des ouvrages aux dimensions très variées. Son aspect et sa texture fournissent des qualités inégalables en termes d’esthétique. De plus, il est facilement recyclable et renouvelable naturellement. Du côté des inconvénients, il y a sa sensibilité aux conditions environnementales qui entraînent sa décoloration ce qui nécessite une peinture ou un vernissage réguliers. Par ailleurs, il est plus onéreux que le PVC.

Le PVC

La première qualité du PVC est son coût. Parmi les trois matériaux cités auparavant, le PVC est celui qui a le prix le plus bas c’est pourquoi il est le plus utilisé. Sa grande durabilité lui procure également un grand avantage par rapport aux autres matériaux. Dans le commerce, on trouve un choix immense en termes de design, mais pour les options colorées, le modèle en blanc est le plus susceptible de se décolorer fortement au fil du temps. Du côté de l’esthétique, il est dépassé de loin par le bois. Néanmoins, la fenêtre en PVC présente de très bonnes performances du point de vue thermique et acoustique

L’alu  

Il est le reflet de l’esprit contemporain sur les façades des maisons en termes d’ouvertures. Il s’intègre harmonieusement avec les constructions en pierres apparentes ou aux enduits à la chaux. Contrairement au PVC, on peut obtenir avec l’alu des profils plus fins ce qui permet d’obtenir de plus grandes surfaces d’éclairement.

Il présente plusieurs qualités lui permettant de devancer, sur plusieurs plans, le bois et le PVC. Tout d’abord, il est très léger. Il résiste aux intempéries, ne se rouille pas. De plus, il ne nécessite aucun entretien spécifique, car un simple coup d’éponge suffit à cet effet. Il se prête aux larges baies vitrées, coulissantes ou non. On peut trouver dans le commerce toute une gamme de coloris.

Côté prix, il est équivalent à celui du bois.

Son point négatif réside dans sa capacité isolatrice assez faible. Cependant, actuellement y remédie en équipant une fenêtre en alu avec des systèmes de rupture de ponts thermiques.

Remplacer une fenêtre soi-même : les travaux

Une fenêtre comprend une partie fixe, le châssis (ou dormant) et une partie mobile, le vantail (ou battant). Le vantail est rattaché au dormant par des paumelles fixées à l’aide de vis. Le dormant est scellé dans la maçonnerie de la baie (ouverture dans le mur). Une fenêtre peut avoir deux battants. Sur certaines maisons, il se peut que l’on trouve des doubles fenêtres qui comportent à l’extérieur des vantaux en bois et à l’intérieur des baies vitrées.

 Les travaux de remplacement d’une fenêtre comportent plusieurs étapes qui sont la dépose de l’ancienne suivie de la pose de la nouvelle.

La dépose de l’ancienne fenêtre

Avant d’effectuer les travaux de remplacement proprement dits, il faut regarder les informations sur la météo du jour, car travailler sous la pluie n’est jamais conseillé. Ensuite à titre de sécurité, il faut prévoir des plaques de contreplaqué aux dimensions des fenêtres à remplacer pour obstruer les ouvertures si les travaux doivent se poursuivre le lendemain.

Les travaux consistent à :

  • Enlever d’abord les vantaux externes (s’il y en a) puis les baies vitrées pour les placer après, dans un endroit dégagé et sécurisé.
  • Retirer ensuite le châssis. S’il est fixé à l’aide de vis, il suffit de les dévisser sinon il faut utiliser une scie sauteuse pour sectionner chacun des côtés afin de les enlever.
  • Évacuer les divers débris provenant des travaux précédents et à assurer la propreté de l’ouverture puis à vérifier avec un niveau à bulle la verticalité et l’horizontalité de ses côtés sinon à corriger avec du mortier de ciment.

La pose de la nouvelle fenêtre

Pour cela, on procède :

  • À la pose des bandes d’étanchéité afin d’assurer l’obtention d’une complète isolation de l’ouverture. Pour ajouter un surplus de maintien, on peut aussi l’enduire d’une couche d’apprêt prévu à cet effet.
  • À l’installation du nouveau châssis et à cet effet il faut toujours vérifier l’horizontalité de la base. On assure l’étanchéité avec de la silicone.
  • À la mise en place des nouveaux battants de fenêtre une fois que le tout s’avère être bien sec.
  • Pour finir, à s’assurer que la fenêtre soit bien encastrée dans la baie et qu’elle s’ouvre et se ferme correctement sinon il faut effectuer les ajustages nécessaires.

Remplacer sa fenêtre soi-même est un travail qui demande précision et doigté. Les observations ont montré que seuls les bricoleurs très expérimentés peuvent effectuer un tel travail. En cas de doute, il est donc conseillé de toujours s’adresser à des professionnels pour ce genre de travaux afin d’éviter un échec.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici

Laisser un commentaire