Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici

Réclamez votre devis détaillé en quelques clics.

Le plan de terrassement

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

Lors de la conception d’un chantier de bâtiment, le plan de terrassement permet de connaître la place disponible aux alentours du bâtiment à construire. Il s’agit d’un document dont un architecte ou un ingénieur civil a la charge d’établir. Le terrassier n’intervient donc pas encore à ce niveau du chantier. Ces documents sont utiles avant que l’entrepreneur n’effectue tous les travaux de terrassements (excavation etc.) sur le chantier de construction.


Ainsi, on doit connaître l’emprise des talus périphériques de terrassement. Un plan de terrassement peut être établi manuellement et/ou avec le logiciel spécifique comme Covadis.



Plan de terrassement : la récupération du plan topographique


Le plan topographique désigne une projection d’un relevé du site existant, réalisé par un géomètre. Il représente le terrain comme il est, avant le démarrage de tous travaux. Sur ce plan, on peut connaître la position exacte de tous les éléments constituant le site comme les arbres, le talus et les pylônes. Elle est indiquée, avec pour chaque élément, son altitude précise exprimée par rapport au niveau zéro de référence (Nivellement Général de France ou NGF). Ainsi, un plan topographique se compose d’informations en 3D sur le terrain. Pour se procurer le plan topographique, on doit se mettre en contact avec le maître d’œuvre, qui l’a nécessairement en sa possession.



La réalisation d’un plan de plateformes


Pour ce faire, on doit se procurer le plan de béton armé des fondations. Selon les différents niveaux d’assise du bâtiment, on pourra définir les zones et les matérialiser par des polygones fermés. Pour les plateformes intérieures qui se situent entre deux plateformes, on doit décaler les polygones d’une distance calculée en fonction de la pente conseillée dans le rapport de sol, par rapport à la vue en plan.


Ainsi, pour un talus à 1H/1V, la distance horizontale équivaut à la différence altimétrique des deux plateformes, et pour un talus à 3H/2V, la distance horizontale doit être égale à la différence altimétrique des deux plateformes multipliée par 1,5.


Dans tous les cas, il faut partir des plateformes les plus basses pour aller vers les plus hautes.



Les coupes périphériques


Pour continuer le plan de terrassement, on doit implanter une série de coupes sur toute la périphérie extérieure du terrassement en masse. On les matérialise par un trait fort sur la vue en plan. Pour chaque ligne de coupe, on réalise une coupe à l’échelle indiquant :




  • L’altitude NGF de la plateforme à terrasser.

  • La représentation du terrain naturel selon les altitudes fournies sur le plan topographique.

  • La projection du talus de terrassement en fonction de la pente préconisée au rapport de sol.


On obtiendra ainsi la position du point d’intersection de la pente du talus ainsi que du terrain naturel. C’est la tête de talus.



La vue en plan


Quelques étapes sont nécessaires pour avoir une vue en plan. Ainsi, il faut relever la distance horizontale entre la tête de talus et le pied de talus pour la reporter sur la vue en plan, sur l’axe de la coupe concernée. Dans la pratique, on doit faire l’opération pour chacune des coupes et relier point par point la position des têtes de talus. Cela permettra d’obtenir l’emprise des talus périphériques de terrassement en masse. Plus le nombre de coupes sera élevé, plus le plan de terrassement sera meilleur et précis. Pour le dessin par informatique d’un plan de terrassement, on peut utiliser un logiciel de VRD (Voirie et Réseau Divers) tel que Covadis. Il permet d’automatiser une partie importante du calcul si la logique et la procédure demeurent identiques.



Plan de terrassement : le calcul du terrassement


On doit convertir les polylignes représentant les plateformes en « plateformes Covadis ». Au préalable, on se renseignera sur ce qu’il faut savoir sur les pentes de talus à respecter, pour enchaîner avec le lancement du calcul. Le logiciel dessinera automatiquement le plan de terrassement en 3D et en 2D. Il va aussi calculer toutes les informations quantitatives sur le projet, telles que les cubages de déblais et de remblais, à titre d’exemple.



Plan de terrassement : les principaux points à retenir


Si établir un plan de terrassement peut sembler insignifiant lors des travaux de préparation de chantier, c’est une étape obligatoire avant de réaliser un plan d’installation de chantier. Pour les projets simples, on peut le dessiner à la main, ce qui peut prendre assez de temps. Par contre, pour les projets multiplateformes ou pour les calculs précis de volume de remblais et de déblais, il faudra se doter d’un logiciel de terrassement comme Covadis ou Mensura.



Plan de terrassement : les travaux de terrassement


Le terrassement se compose de plusieurs étapes, qu’on doit nécessairement respecter. Ci-après les étapes essentielles des principales étapes de terrassement :



Le piquetage ou le bornage du terrain


Le piquetage désigne une étude du terrain ayant pour but de :




  • Délimiter la propriété.

  • Faire correspondre le sol à son projet de construction.

  • Prévoir ou relever les passages des canalisations.

  • Limiter tout éventuel problème lié aux délimitations voisines.

  • Permettre de clôturer le terrain tout en étant sûr sur les limites de sa propriété.


Seul un expert géomètre a le pouvoir de délimiter officiellement un terrain, via la pose des bornes. Ainsi, pour tout projet de terrassement de nouveaux terrains, il est indispensable de faire appel à un géomètre, si le bornage n’a pas encore été réalisé. Généralement, le bornage ne prend qu’une matinée si on recevra dans la semaine les papiers officiels.



L’adaptation du projet au système d’évacuation des eaux


Le terrain doit être préparé pour assurer le ruissellement des eaux de pluie. Ainsi, il faut prévoir une pente d’au moins 5 % afin de les évacuer. Il est possible de poser des drains et des regards, selon la nature du terrain, sa localisation et l’état du sous-sol. À noter cependant que la profondeur d’enfouissement des canalisations est réglementée.



Le décaissement et la préparation des voies et chemins


Concernant le décaissement, une entreprise spécialisée déblaie la terre sur la hauteur voulue. Elle déplace la terre et les gravats avec de petits outils comme la pelle, la pioche et la brouette pour les petites surfaces si on doit utiliser des engins plus imposants de types, tractopelles, pelleteuses, bulldozer, camions et bennes, pour les grandes surfaces. Une dameuse peut être utile, car elle permet, à la fin, de tasser la terre avant la pose du revêtement constitué de graviers, de bitumes, de pavés ou de béton coloré.



La pose d’un film géotextile


Dans quelques cas, un film géotextile doit être posé au sol pour séparer la terre de la couche de remblai concassé. C’est le même genre de film utilisé sous les terrasses sur lit de sable. Il permet aussi d’éviter la repousse de mauvaises herbes, les racines et autres végétaux, tout en assurant l’évacuation des eaux pluviales.



Le remblaiement


Attention, il n’est pas toujours pertinent de remblayer. C’est le cas des constructions concernées par un plan de prévention des inondations faisant l’objet d’une interdiction de remblai. Il se peut que le plan d’occupation des sols de sa commune n’autorise pas le remblaiement. Il faut savoir que 1m3 de terre remuée occupe plus de volume qu’une terre tassée. Dans la pratique, l’épaisseur du remblai est à majorer de 20 à 30 %. Cette épaisseur diffère selon la destination du remblai et il faut :




  • 10 cm de remblai pour une allée piétonne.

  • 20 cm pour une allée carrossable.

  • 30 cm pour une voie accessible aux camions.


D’une manière générale, les couches de remblai se composent d’une couche de grosses pierres, d’une couche de concassé, puis d’une couche de finition en sable ou en gravillon. Selon la nature et l’épaisseur du remblai, sa stabilisation peut prendre une durée de 1 à 10 ans.

Ne vous arrêtez pas là ! Explorez d’autres sujets

nivellement du terrain

Nivellement du terrain

La construction requiert parfois le nivellement du terrain pour être stable et durable. À ce titre, la préparation suivant les normes du terrain prévu conditionne la qualité des fondations et permet ainsi d’éviter tout risque de glissement ou de tassement.…

terrassement piscine

Les étapes clés d’un terrassement pour une piscine

Au même titre que les autres types de constructions, la piscine nécessite aussi des travaux de terrassement. Construire une piscine suppose une bonne préparation et un nivellement de votre terrain à la venue de votre nouvel accessoire de détente et…

prix terrassement, terrassement nivellement

Travaux de terrassement : le nivellement d’un terrain

Le nivellement est une étape fondamentale pour la majorité des projets de terrassement. Il s’agit d’entreprendre la préparation du terrain et le rendre plat pour ensuite établir des soubassements stables avec une grande exactitude. Des engins de chantier sont indispensables…

Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *