L’ascenseur est sans doute l’une des inventions qui a le plus marqué notre société, ayant évolué en même temps qu’elle et impliqué un grand nombre d’acteurs. À la fois fascinant par son côté technologique, l’ascenseur est également banal, étant un dispositif de déplacement utilisé au quotidien.

Effectivement, il a fallu des siècles, les ingéniosités conjuguées de plusieurs générations, pour qu’on puisse aujourd’hui jouir du confort, de la fonctionnalité et de la sécurité, offerts par ce dispositif qui se déploie par simple pression sur des boutons.

Jugé comme le moyen de transport le plus sûr devançant l’avion, l’ascenseur n’est plus réservé aux hôtels de luxe ni aux immeubles à étages, mais équipe de plus en plus les maisons individuelles, les hôpitaux, les divers lieux publics.

Dates et personnages liés à l’évolution de l’ascenseur

Par les vestiges qui existent, les témoignages écrits, etc., l’idée d’un ascenseur, c’est-à-dire d’un dispositif qui va permettre de transporter des charges lourdes à la verticale, a germé et a été mise en application depuis longtemps. En effet, les Romains et les Égyptiens anciens ont déjà utilisé des moyens de levage dont le principe de fonctionnement est assimilable à celui d’un ascenseur rudimentaire. Les Romains en ont eu besoin pour acheminer les fauves et les gladiateurs des sous-sols vers l’arène du temps de César. Les Égyptiens pour élever les charges lourdes pour la construction de leurs pyramides. Toutefois, on associe l’origine de l’ascenseur aux travaux des mines. Par ailleurs, en se référant aux dates, l’évolution de l’ascenseur peut être décrite comme suit :

Dans l’antiquité

Vers 80 av JC, on sait d’après les fouilles que le Colisée de Rome a été équipé de montes charges dont 32 destinées à amener les fauves du 2ème sous-sol vers l’arène et 12 élévateurs amenant 12 gladiateurs au même moment.

Au XVIe et XVIIe siècle

Plus précisément, à partir de 1743, des chaises élévatrices destinées uniquement au service du roi et de ses invités font leur apparition au château de Versailles pour doter ensuite le palis Mazarin. Elles étaient l’œuvre de De Velayer  et de Blaise Henri Arnault.

1829

Fut l’année où, à Londres, l’ascenseur destiné au transport public a vu le jour.

1854

L’ascenseur fut équipé pour la première fois de frein parachute par Elisha Otis et dont la démonstration au public se déroula le 23 mars 1857 à New York.

1959

Pour la première fois, un immeuble de résidence de New York se dota d’ascenseur.

 1864

Il fut marquée par la désignation des appareils élévateurs construits jusque-là par le nom « Ascenseur ». L’initiative revient à Felix Léon Edoux, le jour où il montre au public son ascenseur hydraulique qui utilise l’eau sous pression comme énergie.

1880

L’invention du premier ascenseur électrique revient à l’allemand Werner Von Siemens. Son prototype a été présenté à l’Exposition Industrielle à Mannheim.

1884

Ce fut l’année où, en Angleterre, les passagers pouvaient entrer et descendre de l’ascenseur sans que celui-ci soit obligé de s’arrêter. Appelé Paternoster, ce type d’ascenseur a été abandonné par manque de sécurité malgré son rapport temps/nombre de voyageurs, remarquable.

L’année 1889

A été marquée par l’inauguration de la Tour Eiffel, avec un ascenseur dépassant toutes les performances obtenues jusque-là. L’ascenseur a atteint 160,4 m de hauteur, en parcourant 0, 8 mètre en 1 seconde. Ce sont, Léon Edoux et les frères Otis qui sont les auteurs de cette prouesse technologique.

1924

C’est à partir de là que l’ascenseur à commande automatique est apparu en Angleterre. À partir de là, l’ascenseur devient de  plus en plus perfectionné, non seulement en termes de fonctionnement, mais aussi de confort, de sécurité et d’esthétique.

Principe, fonctionnement et usages des ascenseurs

Un ascenseur est un dispositif se déplaçant verticalement ayant l’électricité comme source d’énergie. Il peut être électrique ou hydraulique selon sa mode d’activation. Les ascenseurs comportent tous, une gaine contenant la cabine et tous les accessoires. La machinerie ainsi que l’armoire de commande se trouvant dans le local de machine. Ce dernier n’existe plus pour l’ascenseur électrique et ce qu’il doit contenir se place désormais dans la gaine pour les ascenseurs modernes.

L’ascenseur à traction électrique

Il équipe les constructions neuves (immeubles et bâtiments tertiaires), le système d’activation est le moteur, avec adhérence ou treuil à tambour ou activation sans treuil (cas du gearless). Actuellement, avec l’avancée technologique, la sécurité dans sa totalité se fait par commande électronique ou avec un microprocesseur.

Pour l’ascenseur hydraulique

pour lequel la salle de machine se trouve dans la partie basse de l’immeuble, la cabine est propulsée par un système à vérins. Celui-ci est actionné par un piston contenant de l’huile. Ce type d’ascenseur, conçu pour des déplacements assez courts, peut être installé facilement dans un immeuble existant.

L’usage de l’ascenseur

Les ascenseurs sont conçus actuellement selon leur contexte d’usage. Ainsi, les ascenseurs :

  • des immeubles d’habitation de capacité convenant à 8 personnes priorisent la fonctionnalité et l’esthétique
  • ceux des bureaux et hôtels sont plutôt raffinés, fluides et rapides avec rotations des entrées et sorties.
  • Les ascenseurs des usines sont conçus plutôt pour le transport des charges lourdes (en tonnes) que des personnes.
  • Lorsque les ascenseurs sont installés dans des lieux publics et les cabines panoramiques (aéroports, établissements scolaires, tours panoramiques type Eiffel, etc.), ils sont transparents. C’est notamment en raison d’une visée sécuritaires pour les occupants. Mais en dehors de cela, cela vise aussi à donner la possibilité d’admirer le panorama extérieur.
  • Les ascenseurs des hôpitaux, des hospices répondent en dimension et en confort qu’exigent le transport et l’état du patient.

Normes et réglementations relatives à l’ascenseur

Les performances acquises par l’ascenseur actuel en termes de sécurité, le classant parmi les moyens de transport les plus sûrs, on les doit aux normes et réglementations strictes, précises et détaillées, mises en place. La plus importante est sans doute la Directive européenne ascenseurs 95/16/CE, publiée le 29 juin 1995 qui définit les exigences de sécurités des ascenseurs construits à partir de la date de sa parution.

Les normes européennes EN 81(81-1 pour les ascenseurs électriques et 81-2 pour les ascenseurs hydrauliques) indiquent des solutions techniques pour que les produits construits soient conformes aux exigences de la Directive. Le marquage CE atteste cette conformité. À noter que cette Directive sera remplacée par la Directive 2014/33/UE, en vigueur à partir du 19/04/2016.

Ascenseur : nouvelles obligations

Pour la France, le décret 2000-810 transpose en droit la Directive 95. Par la suite, des lois et décrets et arrêtés ont été émis pour définir les nouvelles obligations des ascenseurs. Ce sont entre autres la loi 2003-590 art 79, les arrêtés du 18 novembre 2004, etc. Il était surtout question d’objectifs de sécurité à atteindre. Desquels découlent des réglementations précises régissant ou définissant :

  • Les travaux obligatoires de mise en sécurité.
  • Les obligations d’entretien (modernisation).
  • Les obligations sur le contrôle technique.
  • L’accessibilité des ascenseurs (surtout à l’endroit des personnes à mobilité réduite).
  • La mise en service.
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les derniers articles

Fermer le menu