Pour effectuer l’isolation des combles, de nombreux isolants sont disponibles sur le marché. On peut citer la laine de verre, la laine de roche, l’ouate de cellulose, le polyuréthane, etc. Dans la pratique, en dehors des sols, murs et fenêtres, isoler efficacement ses combles, que ce soit des combles perdus ou aménageables est une solution pertinente pour faire de belles économies d’énergie.

L’isolation des combles protège de la chaleur en été et du froid en hiver et permet de jouir d’un confort optimal. Par ailleurs, la qualité de pose des matériaux isolants est aussi essentielle. Une fuite, ne serait-ce que d’un millimètre sur un mètre carré divise jusque par 5 la résistance thermique de l’isolant. L’opération est donc délicate et nécessite l’intervention d’un spécialiste, quel que soit le matériau utilisé.

Les combles perdus

Un comble perdu désigne une surface non habitable en toiture, mais peut se décliner en comble. Un comble perdu peut résulter d’une toiture à faible pente ou de la mise en œuvre d’une charpente industrielle. Cette dernière occupe tout l’espace sous toiture. Néanmoins, il existe des moyens pour le transformer en espace habitable. Dans le cas où le propriétaire n’envisage pas de l’aménager, la technique d’isolation appropriée est l’usage de la laine à souffler. Comme ce type de comble est habituellement difficile d’accès, voire presque inaccessible, l’isolation pourrait passer par le garage attenant si celui-ci dispose d’un accès au comble ou à l’enlèvement de quelques éléments de toiture pour permettre le soufflage mécanique de la laine. L’isolation thermique peut aussi être effectuée par la mise en place d’une laine à dérouler.

Elle est posée directement sur le plancher du comble. Les rouleaux de laine ont la capacité d’assurer un calfeutrement optimal de l’ensemble de la surface du comble. On peut ainsi avoir une forte résistance thermique.

Les combles aménageables

Quelques types de combles sont aménageables et habitables. On peut trouver 2 types de combles, aménageables et habitables ou non. À commencer par les combles à fermettes qui sont difficilement aménageables. L’espace disponible entre les fermettes ou entraxes est en général de 0.60m. Il est limitatif de toute création de surface habitable. L’aménagement ne pourra voir le jour qu’avec une modification conséquente de la charpente et du plancher. Il existe aussi les combles à fermes traditionnelles qui sont facilement aménageables.

En effet, ils sont constitués de nombreuses fermes espacées pour permettre la création de volume habitable pour en faire un aménagement de combles. De plus, le plancher est généralement porteur et peut supporter les charges normales d’un usage d’habitation. L’isolation des combles aménageables fait appel à la pose en rouleau, en panneau ou en plaques semi-rigides. Cela permet aux pans de la toiture d’être bien isolés en mettant en place l’isolant sur la face intérieure de la toiture.

Les isolants

Pour les combles, il existe plusieurs isolants qui ont chacun leur caractéristique. On peut citer :

  • La laine minérale comme la laine de verre ou la laine de roche. Elle est obtenue à partir de silice ou de roche volcanique. La laine de verre est fabriquée à partir de sable et de verre recyclé. La laine de roche est, quant à elle, est fabriquée à partir du basalte, une matière recyclable et inépuisable. Elle peut se présenter sous forme de rouleaux, de panneaux ou de flocons.
  • La perlite, une roche volcanique siliceuse concassée et chauffée. Son prix élevé limite son utilisation.
  • La laine animale extraite du mouton ou faite de plume. La laine de mouton a des capacités naturelles très intéressantes, car elle retient plus de 30 % de son poids en eau. Elle est l’isolant parfait pour une bonne régulation de l’humidité.
  • Les isolants d’origine végétale comme la laine de coton, de chanvre, de lin, la fibre de bois, la liège, etc. À ce propos, le chanvre, en fibres naturelles, est très efficace et écologique. Le liège ayant une cellule remplie d’air, appelée aussi liège expansé est un très bon isolant pour les combles.
  •  L’ouate de cellulose fabriquée à partir de papier recyclé. Elle bénéficie d’un traitement spécifique pour résister à l’humidité, aux champignons ainsi qu’au feu. C’est un isolant à utiliser de préférence dans les combles non aménageables.
  • Les fibres textiles recyclées, type métisse. Le textile est découpé et trié et associé à des fibres pour être plus performant en tant qu’isolant.
  • Le polyuréthane, l’isolant d’origine synthétique, constitue un des isolants à forte capacité isolatrices. Il optimise les espaces habitables grâce à des épaisseurs réduites, car il est de 30 à 60 % moins épais que les autres isolants de même performance thermique.
  • Le polystyrène expansé ou PSE qui comporte des billes liées par compression, constitue un autre type d’isolants synthétiques très performants thermiquement.

Les techniques d’isolation des combles

Il faut savoir que la pose de l’isolant est à réaliser selon la présentation du matériau : en flocons, en plaques, en rouleaux, etc. Dans le cas des combles accessibles, la pose sera plus simple. Quand l’accès n’est point facile, l’isolation reste possible en effectuant la pose par-dessus l’ancien isolant. La pose de l’isolant varie également selon le type de toit. Les combles aménageables privilégient la pose en rouleau, en panneau ou plaques semi-rigides. Les pans de la toiture sont ainsi isolés en plaçant l’isolant sur la face intérieure de la toiture. Pour les combles perdus, la pose se fait par soufflage ou épandage de l’isolant en flocons ou en vrac.

Cette technique crée une zone tampon. Les combles sont remplis dans les moindres interstices. Si certains isolants permettent une pose par soufflage, d’autres ne peuvent s’installer que manuellement. Les finitions ne sont pas en reste, car elles impactent sur la performance de l’isolation. Le professionnel doit créer une zone parfaitement étanche pour ne donner aucune place au pont thermique. Par ailleurs, la ventilation de l’habitation doit être performante. Cela est nécessaire pour que le taux d’humidité demeure normal et que la condensation ne se forme pas.

Les aides et les subventions possibles

L’isolation des combles permet de bénéficier de différentes aides comme le Crédit d’impôt, la Prime Énergie, les aides de l’ANAH (Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat), la TVA à taux réduit, l’éco-prêt à taux zéro, etc.

Ainsi, depuis le 1er septembre 2014, si on remplit les critères d’éligibilité, on peut avoir un crédit d’impôt de l’ordre de 30 % pour l’isolation des combles. Le demandeur doit avoir son domicile fiscal en France. En outre, les travaux doivent concerner une résidence principale, tout comme un professionnel certifié RGE doit s’assurer de son execution. Les primes Énergie désignent des aides du gouvernement qui amortissent le coût des travaux d’économie d’énergie. Ce dispositif précise le rôle des différents acteurs comme les fournisseurs d’énergie et les particuliers.

Un organisme qui les propose est CertiNergy. Par ailleurs, l’Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat ou l’Anah octroie une aide pour le financement d’économie d’énergie réalisée dans une résidence principale. Le montant peut varier de 1 600 à 2 000 euros. L’éco-prêt à taux zéro, quant à lui, est un prêt à taux zéro dont les intérêts sont à la charge de l’État. Il ne fait pas l’objet d’une condition de ressources. Une manière pour en profiter est l’amélioration de la performance énergétique et l’isolation des combles fait partie. La TVA à taux réduit est, quant à elle, une aide qui fait jouir d’un taux de TVA de 5,5 % pour les travaux de rénovation énergétique. Comme conditions, l’entreprise doit facturer les travaux et équipements.

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les derniers articles

Fermer le menu