You are currently viewing Tout sur le métier de plâtrier : missions et tarifs

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

Un plâtrier ou un plaquiste est le professionnel à contacter pour la réalisation des travaux de rénovation et de construction des murs et plafonds. Le fait d’appeler cet artisan qualifié pour de tels travaux présente de multiples avantages.

Pourquoi faire appel à un plaquiste professionnel ?

C’est principalement, profiter de :

  • Savoir-faire certain. En effet, le plâtrier détient et maîtrise de nombreuses connaissances techniques en matière d’utilisation de plâtre, de briquetage (enduit sur lequel le plâtrier trace les joints et les refends pour conférer à une construction l’apparence de la brique) et de l’enduit. Il est à même de poser des plafonds suspendus et des cloisons préfabriquées. De plus, c’est un véritable spécialiste de la gâche du plâtre, pour en fabriquer le meilleur des mélanges.
  •  TVA avantageuse. Comme tout artisan professionnel, un plâtrier peut facturer sa TVA à un taux préférentiel de 5,5 % au lieu de 19,6 % sur tout le matériel utilisé.
  • Gain de temps. La technique et les qualités professionnelles du plâtrier professionnel constituent autant d’atouts pour faire gagner un temps précieux.
  • Garantie d’un travail bien fait. En principe, un plâtrier professionnel fera tout pour éviter les malentendus ou les mauvaises surprises. Dans tous les cas, il garantit la pose et le matériel utilisé.

Le matériel utilisé par un plaquiste professionnel

Comme tout professionnel qui se respecte, le plâtrier professionnel possède et emploie plusieurs outils qui ont chacun un rôle précis à jouer :

  • La truelle. Elle permet de prendre le mortier et d’assurer d’autres tâches comme le fait de façonner, de gâcher, de projeter et de lisser. Le côté tranchant de la truelle sert à racler les excédents de mortier, de plâtre ou de béton.
  • Le platoir. Faisant environ 30 cm, cet outil uniformise une surface. Effectivement, la pose de plâtre ainsi que le lissage d’un enduit sont largement facilités sur une surface plane.
  • La taloche. Avec elle, le plâtrier transporte le mortier qui est appliqué à la truelle. Sa poignée centrale permet également d’appliquer et de travailler l’enduit.
  • La ponceuse pour plâtre. Une fois les joints appliqués, les excédents existants sont poncés pour rendre la surface suffisamment lisse. Elle peut aussi être utilisée en rénovation des surfaces abîmées.
  • La scie égoïne, pour faire des découpes sur le bois ou le plâtre via sa lame souple.
  • Le couteau de plaquiste, pour la découpe des plaques de placo et le lissage des joints.
  • L’agrafeuse/clouteuse, pour une fixation de n’importe quelle matière de manière simple.

Sans que cette liste soit exhaustive, d’autres outils trouvent leur utilité dans la panoplie du plâtrier tels que la spatule, le rabot, les cisailles, le lève-plaques, le bac à enduire, etc.

Préparation de la pose du placo

La pose du placo commence par la pose de la structure métallique. Avant cela, il faut bien vérifier l’état du mur en question surtout au niveau de l’humidité, des fissures ou des trous et d’en corriger les éventuels défauts. Par la suite, le professionnel peut déposer la structure métallique se composant de profilés en aluminium placés de manière verticale tous les 60 cm. Comme les plaques de placoplâtre font 1,20 m de largeur, elles se fixent par les bords. Pour le cas d’un doublage de mur, les rails métalliques sont vissés dans les plaques en mettant des cales d’épaisseur pour assurer l’alignement vertical.

La pose du placo

Pour la pose de la cloison proprement dite, l’ossature métallique dispose de rails horizontaux qui sont fixés au sol et au plafond, et les montants verticaux sont vissés sur les rails. Il faut veiller à présenter la base de la plaque contre l’ossature métallique, très alignée aux montants. Ensuite, on enchaîne par le fait de visser la plaque sur l’ossature. Pour la seconde plaque, on agit de même en la plaçant sur la partie opposée de l’ossature. Une fois les plaques  installées, on place les joints (par exemple des bandes de plâtre ou des calicots) et on applique un nouvel enduit. On assure la finition par le lissage et le fait d’apposer une première couche d’accroche. À noter que seul un artisan plâtrier professionnel peut réaliser toutes ces tâches dans la règle de l’art.

Le choix du plaquiste

Le choix d’un plâtrier n’est pas évident si bien que quelques critères et quelques conseils permettront d’en dénicher les meilleurs.

  • Le professionnel selon les travaux à réaliser, car dans le domaine (décoration y comprise), il n’y a pas que le plâtrier, il y a aussi le plâtrier-plaquiste ou le staffeur-ornemaniste. Ainsi, le choix du professionnel dépendra du type de travaux à réaliser : réparation des murs par un plâtrier ou réalisation d’éléments de décoration par le staffeur-ornemaniste. Dans tous les cas, on doit bien s’assurer que le professionnel auquel on fait appel dispose bien des compétences exigées.
  • Les diplômes ou les qualifications. Pour s’assurer d’un travail de qualité, le professionnel qu’on sollicite doit détenir un diplôme certifiant qu’il a bien suivi une formation spécialisée. Toutefois, les diplômes restent insuffisants sans les expériences réalisées dans le domaine.
  • Le tarif horaire ou au m². Le tarif d’un plâtrier varie d’un artisan professionnel à l’autre et selon le type de projet, sa difficulté, la région et le délai demandé. Chaque plâtrier possède sa propre grille tarifaire.
  • La garantie de délais et l’existence d’assurances. Il faut s’assurer que le plâtrier garantit les délais contractuels. Il doit également avoir les assurances requises pour l’exercice de son métier, surtout au niveau de la responsabilité civile professionnelle et la garantie décennale.

Les tarifs d’un plâtrier

Le tarif horaire moyen d’un plâtrier professionnel se situe entre 35 et 45 € de l’heure HT. Cependant, le tarif d’un plâtrier s’exprime généralement au m². Ci-après quelques idées de prix au m² indiquées à titre informatif. Les coûts des différentes pose peuvent se lister comme suite:

  • Pose simple sans fourniture: entre 10 et 15 €.
  • Placo: entre 20 à 70 € selon le projet.
  • En placo avec isolant: entre 30 et 40 €.
  • Placo simple: environ 33 €,
  • Doublage en polystyrène expansé: 33 à 36 €.
  • Doublage avec montant et incorporation de laine de verre: 38,50 à 42 €.
  • Standard de séparation avec laine de verre: 39 à 42 €.
  • Plafond en plaques de plâtre avec laine de verre: 40 à 44 €.
  • Plafond en plaques de plâtre en combles aménagés: 42 à 47 €.
  • Jointement en deux passes: autour de 3,20 € et avec des angles saillants, le coût se chiffre autour de 12,50 €/m².

Le devis du plâtrier

Avant de faire déplacer le plâtrier, il faut bien s’assurer que ses tarifs d’intervention conviennent au budget prévu et représente le meilleur rapport qualité/prix. Pour ce faire, on doit faire établir plusieurs devis pour comparer les offres et faire jouer la concurrence. Cependant, les prix trop bas peuvent masquer d’autres coûts et peuvent se justifier par le recours à du matériel de mauvaise qualité. Pour alléger la facture, on doit se renseigner sur les différentes aides financières qu’on peut bénéficier.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici

Laisser un commentaire