Généralités sur les ascenseurs

Les ascenseurs ne sont plus l’exclusivité des bâtiments publics. En effet, il est devenu un dispositif de confort sûr, confortable pour tout type de structure. Ainsi, il a envahi jusqu’à devenir incontournable pour les immeubles d’habitation à plusieurs étages. Par ailleurs, des particuliers commencent à l’adopter pour rendre plus aisé et surtout plus facile (personnes à mobilité réduites en particulier), l’accès à l’étage de leur maison. Cet engouement s’explique par l’apparition de modèles variés proposés sur le marché.

Des ascenseurs rudimentaires s’utilisaient déjà au moyen âge pour remonter des charges lourdes. Plus tard, il servira à remonter les travailleurs depuis les mines. Depuis cette époque à ce jour, ces appareils ont connu des améliorations continuelles sur le plan technique et esthétique. Un ascenseur peut être intérieur ou extérieur, installé à la construction du bâtiment ou s’y intégrer plus tard.

Types, composition et motorisation de l’ascenseur

Types d’ascenseurs

La classification des ascenseurs se fait de plusieurs façons, pouvant être :

  • La destination (selon le propriétaire ou le type de maison). L’ascenseur se dit privatif s’il est à usage personnel ou s’il dessert les occupants d’une maison individuelle. En copropriété ou dans un bâtiment à intérêt public (commerce, hôpitaux, bâtiments de service public, etc.), c’est un ascenseur collectif.
  • La motorisation. Un ascenseur peut être, soit à propulsion hydraulique,w soit à traction électrique. Le premier type ne convient qu’à un petit nombre d’étages, à charge (nombre de personnes) et vitesse réduites, au contraire de l’ascenseur collectif.
  • La structure dans laquelle la cabine va se déplacer. Un ascenseur à gaine se munit d’une cabine se déplaçant le long d’une gaine maçonnée. Cette dernière s’intègre dans la maçonnerie du bâtiment. Par contre, il est autoportant ou en pylône quand la cabine se déplace à l’intérieur d’un pylône métallique.

Les éléments composant un ascenseur

Selon le type d’ascenseur, les compositions ne sont pas les mêmes :

  • Un ascenseur hydraulique : un système à vérin assure la propulsion de la cabine. Cet modèle comporte principalement une cabine, des guides, un réservoir d’huile, un contrôleur de pression, un moteur électrique associé à une pompe hydraulique.
  • Un ascenseur électrique se constitue principalement d’une cabine, d’un contrepoids, d’un câble qui relie la cabine et le contrepoids, d’un système de poulie assurant la traction, d’un moteur électrique.

Les éléments caractérisant un ascenseur

Qu’il soit hydraulique ou électrique, un ascenseur se distingue par la capacité de la cabine définie par la charge maximale ou le nombre de personnes qu’elle peut recevoir, sa vitesse de déplacement et le standing (accessoires, aménagements de la cabine, etc.). De ces différents éléments dépend son coût.

À noter que différentes versions d’ascenseurs, comme celle destinée au tourisme (ascenseurs panoramiques) ou encore au déplacement des personnes à mobilité réduites, existent.

Législation, sécurité et informations pratiques

La sécurité constitue la première qualité exigée à tout ascenseur. L’ascenseur fait l’objet de démarches et d’améliorations successives. Les innovations apportées ont en fait un appareil du quotidien de référence.

La législation mise en place et les éléments devant équiper un ascenseur pour qu’il soit aux normes visent à optimiser le niveau de sécurité.

La sécurité

Comme éléments équipant les ascenseurs actuels visant à assurer la sécurité de l’utilisateur, on peut citer :

  • Systèmes pour ventilation et aération permanentes de la cabine.
  • Portes coulissantes automatiques des cabines (butée en ouverture et fermeture, etc.).
  • Dispositif d’alerte en cas de blocage de la cabine entre deux étages (téléphone, bouton d’alarme, caméras, etc.).
  • Détecteurs d’obstacle (cellule empêchant la fermeture de la porte en présence d’objet ou lors du passage d’une personne).
  • Dispositif conçu pour chaque type d’ascenseur, le permettant de ne pas démarrer si la charge maximale (poids de la cabine et ceux des personnes) est dépassée.
  • Frein parachute, limiteur de vitesse, dispositif antichute et de secours (descente manuelle en cas de panne de courant).
  • Cabines opaques (protection contre le vertige).

La législation concernant l’ascenseur

Dans l’objectif d’assurer la sécurité des utilisateurs, de professionnels dont le travail touche à l’ascenseur, des réglementations strictes ont été mises en place.

Elles s’adressent aux propriétaires, aux fabricants, aux entreprises (ascensoristes) chargées de la maintenance, aux organismes du contrôle de conformité et elles se présentent sous forme de lois (Directive européenne), de décrets, des normes dont le marquage CE.

Quelques chiffres autour des ascenseurs

Les élévateurs, de vitesse dépassant 0,15 m/s comme ceux utilisés par les déménageurs pour faire monter des meubles sont soumis aux mêmes réglementations que l’ascenseur.

Avec ses 560 000 ascenseurs (la moitié ont plus de 25 ans et le quart plus de 40 ans), ses 11 500 installations neuves par an, la France est classée 4éme parc d’ascenseurs en Europe.

En France, le marché de l’ascenseur est dominé par la Société OTIS (1er rang), viennent ensuite Schindler, puis Kone, ensuite ThyssenKrupp, etc.

Laisser un commentaire

Fermer le menu