Le lancement des travaux de construction d’une maison

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

La construction d’une maison commence par des travaux de lancement. Quelques étapes doivent être réalisées et la première d’entre elles est l’affichage du permis de construire. Ce document doit faire l’objet d’un double affichage à la mairie, dans les 8 jours au maximum, pour un minimum de 2 mois et sur le chantier de construction. L’affichage se fait par l’intermédiaire d’un panneau rectangulaire d’au moins 80 cm de côté.

Le panneau doit être mis en place de telle sorte qu’il soit visible et lisible, depuis la voie publique. Dans la pratique, les tiers qui se sentent lésés par le projet de construction disposent de 2 mois, à compter du début d’affichage pour contester le permis de construire. Une autorisation de construire s’avère effective, les autres étapes s’en suivent.

Le piquetage

Le piquetage est l’étape qui consiste à la matérialisation des limites du terrain, par des piquets. C’est le géomètre qui doit s’en charger. Pour être légal, il faut faire un bornage contradictoire avec les voisins. Celui-ci doit être confirmé par accord écrit mutuel, sinon par décision de justice. Le piquetage consiste aussi à déterminer le point de référence pour le nivellement du terrain. Ce point est choisi en dehors de la zone de travaux de construction et servira à tout moment de référence de hauteur et de distances. Le piquetage peut se faire par un traçage à la chaux, au plâtre ou par l’usage de ficelles tendues entre les piquets.

Le décapage

Avant les travaux de terrassement, le terrassier doit procéder au décapage qui est l’enlèvement de la couche de terre végétale qui peut être conservée à l’écart, pour une réutilisation ultérieure, lors du remblaiement après la construction. La terre non conservée doit être évacuée.

Le terrassement

Les travaux de terrassement consistant en :

  • La réalisation du chemin d’accès, les zones de stockage des divers matériaux et de manœuvre des camions du chantier.
  • Le décaissement sur 20 à 30 cm.
  • La mise en place d’un film géotextile qui a pour but d’éviter le mélange de la terre en sous-couche et du remblai de concassé.
  • L’épandage d’une couche de 20 cm de concassé qui sera tassée par les camions durant le chantier.
  • La finition, après le chantier par la réalisation d’une voie d’accès par goudronnage ou par pavage.
  • Le nivellement du terrain, voire du sous-sol, si une dalle est prévue.
  • La création de rigoles de fondations jusqu’à 80 cm et l’évacuation de l’eau des rigoles.
  • La réalisation des éventuels murs de soutènement si besoin est.
  • La réalisation des tranchées par le raccordement et l’évacuation.
  • La pose de la fosse toutes eaux si c’est le système de traitement des eaux usées à employer.
  • L’évacuation des déblais en trop.
  • Le remblaiement en fin de chantier.

Le sous-sol

Le sous-sol est comptabilisé dans la surface habitable, qu’il soit habitable ou pas. Même si sa destination première n’est pas l’habitation, s’il a une hauteur suffisante, au moins 2 m, il peut être aménagé ultérieurement. Ainsi, il faut prévoir des ouvertures comme les larmiers, des fenêtres ou des portes, des arrivées d’eau, de l’électricité et des évacuations. Il ne faut pas oublier que le sous-sol doit éviter toute humidité qui risque de provoquer une condensation.

Les dallages

Il faut entreprendre l’étape du dallage avec soin et attention. Il doit s’effectuer selon quelques opérations techniques essentielles, à savoir :

  • Le décapage de la terre végétale (30 cm).
  • Le remblai par du concassé à travers des couches de 20 cm, accompagné de compactage et de nivellement.
  • La construction du coffrage extérieur avec des renforts tels que les piquets.
  • L’implantation des câbles et des gaines ainsi que d’éventuels tuyaux de plancher chauffant noyés dans le béton.
  • L’isolation rigide et la mise en place de pare-vapeur,
  • La mise en place de l’armature, un treillis métallique gardé à mi-hauteur de l’épaisseur de la dalle.
  • Le coulage du béton et lissage.
  • Le polissage.

Si la dalle est non flottante, le coulage s’effectue par la réalisation de la semelle.

Les murs, portes et fenêtres

Une fois les fondations érigées, l’artisan professionnel en la personne du maçon s’attaque aux murs, aux portes et aux fenêtres. Les techniques utilisées diffèrent selon le type de matériau choisi. L’emplacement des portes et fenêtres se définissent au fur et à mesure que les murs s’élèvent. Ainsi, les seuils des portes et les appuis des fenêtres se placent en premier, puis les linteaux. Les éléments situés au-dessus des baies, portes et fenêtres, se chargent de soutenir la charge du mur, de la dalle ou de la charpente installés dessus. En fonction du style de la maison, les seuils, les appuis et les linteaux peuvent être assemblés par des jambages, à titre décoratif.

Dans la plupart des cas, les linteaux sont en béton préfabriqué ou des profils métalliques en acier. En principe, les linteaux doivent se solidariser avec le reste de la structure, si la maison doit satisfaire à des normes antisismiques. Les dimensions des ouvertures sont à déterminer selon les huisseries, la présence de volets extérieurs roulants ou non ainsi que de leurs accessoires comme les commandes par tringle, électrique ou sangle, ou de moustiquaires. Au fur et à mesure, le maçon élèvera :

  • Les murs de refend. Ces derniers sont des murs porteurs intérieurs, dont l’épaisseur est plus faible que celle des murs extérieurs.
  • Les conduits de fumée en cas de prévision de cheminée d’agrément ou de chaudière.
  • L’escalier intérieur en cas d’étage et s’il est en béton ou en bois, car il sera à poser en même temps que la charpente.

À la fin du gros œuvre, il ne faut pas oublier l’isolation si elle n’accompagne pas le matériau et les murs.

La charpente et la couverture

Quel que soit le choix de la charpente, traditionnelle ou à base de fermettes, sa fabrication débute par une phase en atelier. Ainsi, les éléments se réalisent avec les dimensions exigées puis assemblés et posés. Par la suite, on installe une sous toiture. Il s’agit d’un film plastique ou de tissu bitumeux résistant à l’eau. Toutefois, il reste perméable à la vapeur d’eau. Il a pour rôle d’étancher les défauts accidentels de la toiture en cas d’évènements météorologiques importants tels que les remontées d’eau, de neige entre les tuiles ou aux noues (le lieu de rencontre de 2 pans à angle rentrant). La zinguerie se pose avec la couverture. À cela s’accompagnent toutes les solutions assurant l’étanchéité et l’écoulement des eaux de pluie comme les chéneaux et les gouttières, en zinc.

Les travaux de construction à réaliser par les professionnels

À chaque étape des travaux de construction d’une maison, le travail doit toujours s’effectuer par un professionnel en la matière. En effet, seul un artisan professionnel certifié peut garantir la qualité de ses prestations. De plus, il est à même de proposer ses services en veillant à la satisfaction de son client. Côté prix, pour faire son choix en toute connaissance de cause, il ne faut pas hésiter à demander plusieurs devis auprès de plusieurs professionnels. Cela permet de déceler le devis correspondant au meilleur rapport qualité.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici

Laisser un commentaire