Quels labels pour les isolants en bâtiment ?

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

La pose d’isolants est un facteur d’éligibilité à différentes aides financières. C’est également un pivot du confort environnemental et climatique au sein des foyers. Il faut à chaque matériau isolant un certain niveau de qualité. Celui-ci devra même reposer sur des normes. Ces dernières sont mise en place par un collectif interprofessionnel agréé et par les autorités publiques. Comme corollaire, cela concerne la possession d’un ou plusieurs labels dits « de qualité ». Qu’est-ce qu’un label et à quoi ça sert ?

Les raisons d’être des Labels isolants

Des normes scientifiques et techniques se mettent en place au sein de l’Union Européenne et du cercle des fabricants français. Il en est de même pour la profusion d’isolants non écologiques ainsi qu’aux systèmes obsolètes de confort et de sécurité. Mais pour s’assurer du respect de ces normes, il a fallu des indices de conformité autres que la marque commerciale. Autrement dit, la mise en place des certifications et des labels. À préciser cependant qu’à la différence de la certification, le label, lui, désigne une qualité supérieure. Il peut également correspondre à un atout unique présent au sein de la structure.

Le Label : définition et rôle

Le label garantit, aux yeux du consommateur, le suivi d’un cahier des charges particulier dans la conception et la mise en vente d’un produit ou d’une offre commerciale. Parfois, il s’agit aussi d’une marque objective, mais non commerciale. Le label peut être repérable par le public grâce à un signe distinctif, un logo ou une étiquette à part. Ces signes font eux-mêmes l’objet d’une procédure d’enregistrement officielle, c’est-à-dire déposées, de façon à les légaliser et à interdire leur copie.

Il ne s’agit donc en aucun cas d’une preuve de la supériorité de la qualité d’un produit par rapport à celle d’un autre. Quoi qu’il en soit, le label constitue quand même une autre façon de démontrer la compétitivité du produit et sa capacité à répondre aux exigences en matière d’isolation (thermique et/ou phonique) en l’occurrence. Un parterre de labels touche les matériaux isolants.

La conception et le donateur des Labels sur les isolants

Les labels sont effectivement des titres officiels qui doivent ainsi provenir de donneurs de titres officiels. À noter en effet qu’il existe aussi des labels issus d’entités non reconnus, ou parfois auto-décernés, et dont il faut se méfier, même si l’existence d’un label reconnu ne témoigne pas fondamentalement de la qualité d’un produit.

Les labels officiels se créent à l’initiative des organismes étatiques chargés de la certification des produits. L’État mandate les entités agréées regroupant des associations de professionnels ou des entreprises. Le plus souvent, le nom du label est celui de son concepteur même.

Les différents Labels de qualité autour de l’usage des isolants

Pour les matériaux isolants proprement dits, il existe des catégories de labels obligatoires ou facultatifs, établies selon les normes européennes, mais aussi selon certaines exigences spécifiques (aptitudes à l’emploi, sécurité, protection de l’environnement…). Certains labels connaissent plus de succès que d’autres. Parmi les labels les plus connus, on peut citer :

Le marquage CE

C’est un label obligatoire qui doit être apposé indistinctement sur tout produit devant circuler sur le territoire de l’Espace économique européen. Le marquage CE mis sur l’emballage d’un produit isolant confirme qu’il respecte les normes et directives européennes en matière de qualité, sécurité…

Acermi, CSTBat… des labels d’authenticité

Acermi signifie Association pour la Certification des matériaux isolants et CSTBat, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment. Ce sont des signes qui certifient que les données affichées sur le produit sont sincères. Ce sont entre autres, la résistance et la conductivité du produit, ses comportements mécaniques, ses aptitudes à l’emploi. De manière à déterminer la qualité du produit en fonction de son utilisation ou sa destination, ce label non obligatoire est octroyé suivant un classement appelé ISOLE permettant de déterminer ses différentes aptitudes à l’emploi. À ce propos, I indique l’incompressibilité notée de 1 à 5 ; S, la stabilité dimensionnelle notée de 1 à 4 (seuil de transformation sous les contraintes telles que la chaleur, l’humidité, etc. ; O  l’imperméabilité et la capacité d’absorption d’eau, notée de 1 à 3 ; L, la limite des performances en traction (mesure de la rigidité), notée de 1 à 3 et E, l’étanchéité à la vapeur d’eau.

Les labels environnementaux

Ce type de labels est octroyé pour certifier la conformité du produit aux normes européennes en matière écologique. Il s’agit par exemple de Nature Plus.

À noter que les labels décernés proprement aux produits isolants, sont à différencier de ceux attribués pour la technique d’isolation, autrement dit aux entreprises installateurs, le plus souvent. Dans ce dernier cas, les certifications et labels sont tout aussi nombreux.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici

Laisser un commentaire