Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici

Réclamez votre devis détaillé en quelques clics.

Les systèmes de déplacement des ascenseurs

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .
système ascenseur, thyssenkrupp ascenseur, kone ascenseur, ascenseur,

L’ascenseur propose un système de déplacement de plus en plus perfectionnés au fil de l’évolution de leurs différents modèles. Un des critères retenus par les utilisateurs lors du choix d’un ascenseur est l’insonorisation ainsi que la facilité d’accès au niveau de la cabine. En général, les ascenseurs font partie des moyens de transport les plus silencieux. Leur accès est très facilité par l’utilisation de portes coulissantes (technologie de construction de la trémie oblige). Cela nécessite donc l’isolation phonique du moteur d’entraînement. Néanmoins, le déplacement très rapide de la cabine dans la trémie peut générer un bruit. Ce dernier trouve source dans la production de courant d’air (cas des ascenseurs ultrarapides). Suivant son système d’entraînement, on peut trouver des ascenseurs électriques et des ascenseurs hydrauliques.

Les ascenseurs électriques

L’ascenseur électrique peut s’installer dans une construction neuve ou dans un ancien bâtiment. Il peut se placer à l’intérieur ou à l’extérieur de la construction. Les ascenseurs électriques représentent environ 90 % des ascenseurs utilisés actuellement.

En général, l’ascenseur électrique comporte les éléments suivants : une cabine ; un moteur électrique, un contrepoids, un système de traction par poulies et des câbles reliant la cabine au contrepoids et au moteur électrique. Son fonctionnement reste simple. Le moteur électrique assure le déplacement de la cabine suspendue au système de câbles. Par ailleurs, le contrepoids contribue à contrebalancer le mouvement de la cabine. C’est le type d’ascenseur le plus utilisé. Il sert notamment dans les habitations particulières. Il s’adopte également dans les gratte-ciels, quelle que soit la vitesse ascensionnelle de la cabine.

L’emplacement du moteur électrique diffère suivant le type d’utilisation et le système de l’ascenseur. Pour l’ascenseur particulier, il se place dans la trémie même pour optimiser l’encombrement de l’installation. Pour le modèle industriel (transport de lourdes charges ou de nombreuses personnes en un voyage), celui-ci se situe dans un local dit local des machines.

L’ascenseur privatif électrique

Pour l’ascenseur électrique privatif (particulier), on peut trouver trois technologies de motorisation :

  • l’ascenseur électrique à adhérence : le mouvement de rotation de la poulie s’alimente au moyen d’un motoréducteur électrique. Celui-ci entraîne, par adhérence, l’enroulement/déroulement des câbles. Ces dernières assurent le mouvement de la cabine et du contrepoids ;
  • l’ascenseur électrique avec treuil à tambour : l’utilisation de treuil à tambour permet de ne pas utiliser de contrepoids, ce qui réduit l’espace utilisé. Il se recommande pour un usage particulier (vitesse de déplacement réduite et faible charge) ;
  • l’ascenseur électrique sans treuil ou « gearless ». Le système de motoréducteurs (utilisant un réservoir d’huile) se  remplace par un système n’utilisant pas d’huile, ce qui est très intéressant au point de vue environnement, sécurité et entretien.

La tension des câbles doit faire l’objet de contrôles réguliers, et cela dans le cadre de l’entretien obligatoire du système.

Les ascenseurs hydrauliques

L’ascenseur hydraulique se recommande pour un usage particulier notamment dans les constructions ne disposant que d’un espace restreint et pour des déplacements assez courts et à vitesses modérées. Il peut s’installer aussi bien à l’intérieur du bâtiment qu’à l’extérieur. Dans le cas où il se situe dans une gaine maçonnée, on l’appelle ascenseur à gaine. c’est un ascenseur autoportant lorsqu’il se trouve à l’intérieur d’un pylône métallique.

Un ascenseur hydraulique comporte les éléments suivants : une cabine, un moteur électrique, une pompe hydraulique et un réservoir d’huile. Il n’utilise pas de contrepoids ni de câbles, car le mouvement de la cabine s’alimente au moyen d’une centrale hydraulique (un système de vérins hydrauliques raccordés à la pompe). Son fonctionnement reste simple : le mouvement de la cabine s’enclenche à partir d’une simple pression sur un bouton de commande dans l’ascenseur. La centrale hydraulique se met en marche et par le biais des vérins, le piston rattaché à la cabine se remplit (élévation) ou se désemplit (descente).

La centrale hydraulique peut être à cylindre enterré, à cylindre de surface ou à cylindre de surface télescopique. Ce dernier type s’utilise lorsque l’on ne dispose que d’un espace restreint et que la course de la cabine est importante. La centrale comportera alors autant de pistons de longueurs variables en fonction de la course totale nécessaire.

Les dispositifs de sécurité

Pour éviter les accidents de chute de la cabine d’un ascenseur, un dispositif antichute a été conçu par Elisha Otis en 1854. Son principe de base est la limitation de vitesse : quand le mouvement de descente de la cabine dépasse une vitesse limite, un système de frein parachute se déclenche automatiquement. Ce système se compose de mâchoires disposées sur la cabine et rattachées aux guides de l’ascenseur ce qui permet de l’immobiliser.

Le mouvement ascensionnel des modèles récents d’ascenseur est aussi géré par un dispositif de limitation de vitesse.

Le transport par ascenseur est donc accompagné d’un important système de sécurité d’où sa très grande fiabilité.

Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *