Différences entre l’ascenseur collectif et l’ascenseur privatif

Dispositif collectif assurant l’asservissement des différents étages d’un bâtiment, l’ascenseur privatif s’utilise intensivement au quotidien. Pourtant, son fonctionnement est assez méconnu du grand public.

Ainsi, qu’on soit une personne âgée, à mobilité réduite, un enfant, …. la hauteur ne constitue plus une contrainte avec l’arrivée de l’ascenseur. D’autant plus que l’ascenseur s’avère aujourd’hui être l’un des appareils contemporains les plus sécuritaires. N’étant plus un outil exclusif aux bâtiments publics, l’ascenseur envahit même les maisons individuelles. Pour ces dernières, l’ascenseur privatif collectif ou particulier apporte un mode de vie confortable aux personnes âgées ou handicapées. Il peut être important de se renseigner sur cet équipement, notamment en termes de réglementations et de budget, avant l’achat.

Historique, réglementation, fonctionnement et composition d’un ascenseur collectif

Historique

Apparu depuis l’Antiquité sous forme de monte-charge, l’ascenseur a évolué progressivement au niveau de sa fonctionnalité et de sa sécurité. Depuis 1743, date d’apparition du premier modèle, l’ascenseur requérait alors l’intervention d’un machiniste appelé liftier. Des commandes électroniques remplaceront plus tard cette spécialité. Par ailleurs, on doit certaines grandes innovations apportées sur l’ascenseur à quelques noms célèbres:

  • Elisha Otis, pour le frein parachute (1854)
  • Léon Edoux pour le nom définitif (1864) du dispositif ainsi que le principe de base de l’ascenseur hydraulique.

C’est également à cette époque (1880) que les ascenseurs électriques de Werner Von Siemens ont fait leur apparition.

Composition et fonctionnement

Les ascenseurs ont pour principaux éléments communs: la gaine, la cabine et le moteur pour les modèles plus modernes. Pour les modèles plus anciens, le moteur se situe dans la salle des machines en haut du bâtiment ou au sous-sol. Ensuite, il y a les rails de guidages qui permettent de déplacer verticalement la gaine et la cabine. On rencontre enfin, le frein parachute sans oublier les portes sécurisées.

Les ascenseurs se décline en modèle hydraulique et en modèle à traction électrique. Le premier utilise un liquide sous pression pour l’élévation. Pour le second, des éléments électroniques remplacent partiellement le rôle du système hydraulique (eau).

Ainsi pour l’ascenseur hydraulique il y a logiquement, le piston, le vérin et la vanne.

Quant à l’ascenseur à traction électrique, il y a le contrepoids dont la masse dépasse celle de l’ascenseur d’une façon significative.

Dans tous les cas l’électricité est la source d’énergie permettant d’impulser le fonctionnement du mécanisme.

Réglementations

Les normes et les réglementations régissant l’ascenseur sont précises et strictes. À ce propos, on peut citer, entre autres :

  • La directive européenne 95/16/CE, la plus importante traduite en lois françaises.
  • La Directive 2006/42/CE pour la libre circulation des ascenseurs et des accessoires, respectant les exigences de santé et de sécurité des utilisateurs, dans l’Union Européenne.
  • Le marquage CE garantie de la conformité aux réglementations en vigueur des ascenseurs vendus dans l’Union Européenne.
  • La norme EN81-41 pour les règles de sécurité, requises pour la construction et l’installation des ascenseurs.

Prix indicatifs relatifs à un ascenseur collectif

Il est difficile de donner le coût exact d’un ascenseur privatif collectif tant les facteurs qui entrent en jeu sont nombreux. En effet, les bureaux, les centres commerciaux, les hôtels, les hôpitaux, etc., possèdent les types d’ascenseurs adaptés à leurs activités. Ils peuvent se différencier par le design, la rapidité, le poids, la capacité, etc.

Ainsi, compte tenu de tous ces facteurs on peut estimer le prix d’un ascenseur, installation incluse, allant de 50 000 euros jusqu’à 100 000 euros.

L’ascenseur privatif ou ascenseur particulier ou mini-ascenseur

L’essentiel à savoir sur un ascenseur privatif

L’ascenseur privatif collectif ou ascenseur particulier ou encore mini-ascenseur constitue actuellement une solution innovante très pratique et sécurisante pour répondre aux besoins des personnes à mobilité réduite : des personnes handicapées, des personnes âgées, des enfants. Il permet à ces personnes de vivre en toute autonomie dans leur appartement. Selon les besoins (dimensions, design, etc.), on peut aisément trouver de mini-ascenseur se déclinant en version capable de contenir une chaise roulante tout en s’intégrant à tout type d’appartement ou de maison, quelle que soit sa configuration. La dotation d’une maison individuelle d’un ascenseur particulier augmente sa valeur locative ou lui apporte une plus-value significative en cas de revente.

L’ascenseur hydraulique, comme ascenseur privatif

Dans la pratique, c’est le modèle à fonctionnement hydraulique qui est le plus utilisé comme ascenseur privatif.

  • Caractéristiques d’un ascenseur hydraulique. Il peut être installé aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du bâtiment. Qu’il soit à gaine (à l’intérieur d’une gaine en maçonnerie) ou autoportant (à l’intérieur d’un pylône en métal), il est conçu pour un déplacement court.
  • Avantages offerts par un ascenseur hydraulique en comparaison avec un ascenseur à traction électrique. Un ascenseur hydraulique est d’entretien plus simple, d’installation plus facile, plus silencieux et se déplace en douceur. De plus, il est plus facile à mettre en place dans une construction existante. En revanche, sa consommation en huile et en énergie est importante et il est nécessaire de renforcer la dalle du sol lors de son installation.

L’ascenseur privatif, un dispositif sécurisé

Comme l’ascenseur collectif, un ascenseur particulier se soumet à des réglementations strictes et des normes européennes. Concrètement, pour rassurer l’utilisateur et éviter un accident éventuel, un ascenseur particulier hydraulique se distingue par :

  • Les soupapes de sécurité qui équipent les vérins.
  • La vitesse de déplacement qui est toujours sous contrôle.
  • En cas de panne, un dispositif de secours qui permet d’assurer l’alimentation en électricité ainsi que celle de la ventilation.

Pour plus de sécurité, il ne faut pas négliger l’entretien et le contrôle du bon fonctionnement de l’ascenseur privatif. Le contrôle minimum conseillé est une fois par an et est à réaliser par le professionnel compétent, il en est de même pour l’entretien.

L’ascenseur privatif permet de profiter de plusieurs aides

L’installation d’un ascenseur privatif, bien que beaucoup moins chère que celle d’un ascenseur collectif requiert quand même un budget significatif. Cependant, les aides financières disponibles contribuent à réduire le coût de l’installation. Il peut s’agir de :

  • TVA à taux réduit à 5,5 % à condition que la charge de l’ascenseur soit de 200 kg au moins et que sa vitesse n’excède pas 0,15 m/s.
  • La subvention de l’ANAH dont le montant dépend des conditions de revenus, à hauteur de 50 % des dépenses engagées pour les revenus très modestes et à hauteur de 35 % des dépenses pour les revenus modestes. L’aide est accessible à condition de fournir une pièce délivrée par un médecin de la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes handicapées, justifiant que l’ascenseur va être utilisé par une personne à mobilité réduite. L’aide est plafonnée à 20 000 euros, dans les deux cas.
  • Un crédit d’impôt dans le cadre des « dépenses à l’endroit de l’aide aux personnes », à hauteur de 25 % du prix de l’ascenseur et est plafonné à 5000 euros pour une personne seule et à 10 000 euros pour un couple.

Le prix indicatif relatif à un ascenseur particulier

L’installation d’un ascenseur privatif est impérativement à confier à la compétence d’un ascensoriste. De plus, le creusement d’une fosse pour enterrer les bases de l’ascenseur hydraulique s’avère parfois incontournable.

Le prix relatif à un ascenseur hydraulique dépend de plusieurs facteurs, principalement, du coût de l’équipement et celui de la main d’œuvre pour la pose.

À titre indicatif, voici quelques prix :

  • Si la pose est non comprise, le prix varie entre 10 000 et 15 000 euros.
  • Si la pose est comprise, le prix est compris entre 12 000 et 20 000 euros pour un niveau d’étage (du rez-de-chaussée au 1er étage par exemple). Il faut prévoir 3000 euros de plus pour chaque étage supplémentaire.

Devis pour un ascenseur

En dehors de ces prix, il faut prévoir un budget pour l’entretien et la maintenance, pour la consommation en énergie et pour les assurances auxquelles il faut souscrire. Comme alternative plus économique à l’ascenseur privatif, il y a le monte-escalier ou la plate-forme élévatrice.

Dans tous les cas, il est recommandé de s’informer auprès de plusieurs fabricants sur le type d’ascenseur ou d’élévateur qui répond à ses besoins et leur demander des devis gratuits. Il en est de même pour l’installation. Les différents devis en ligne (5 au maximum) qu’on peut demander gratuitement aux ascensoristes concurrents permettent de faire une comparaison de prix et de choisir l’offre la plus avantageuse.

Laisser un commentaire

Fermer le menu